Goût d’un triste bonheur

logo-lune-verte-orange

Sélection Arc 2 épisode 2

Par Ewilan (presque 16 ans)

-Tu sais, quand j’étais petite, je croyais que les sodas venaient des sources contaminées par les gaz toxiques, tout ça parce que ma mère refusait d’en acheter. Ce n’est pas très bon pour la santé, donc je la comprends, mais…

Myolis écoutait, assise sur le bord d’un comptoir étincelant de la cuisine, la dame à l’accent étrange débiter un flot incessant de paroles. Bizarrement, sa présence lui faisait du bien. Juan lui manquait, et elle se sentait seule. Seule parmi tant d’autres, dans ce grand collège qu’elle connaissait pourtant sur le bout de ses doigts.
« Juan, toi, tu m’as toujours protégé. Toujours.
Mais t’es plus là, non. T’es parti.
Tu m’avais promis pourtant. Tu m’avais promis que tu ne m’abandonnerais pas, Juan. Tu te souviens ? Ce soir-là, après l’orage.
Mais là, c’est moi qui suis pris dans la tempête justement. Elle m’entraîne vers le fond, et je ne peux rien y faire. Et toi, tu n’es plus là pour me retenir. Et toi, tu t’éloignes.
Et je me retrouve seule. Comme avant.
Et aucune de tes lettres n’est arrivée aujourd’hui. Elles sont apparues un matin des vacances, et ont continué sans s’arrêter chaque semaine jusqu’ici. Tu m’as rendu tes mots, et les miens aussi, et là, tu me les arraches de nouveau. Pourquoi, Juan, pourquoi ?
Il y a dû y avoir du retard à la poste. Tu n’as pas pu oublier, non. Et pourtant… ? Veux-tu vraiment devoir écrire à une fille aveugle chaque semaine ? Et si ça t’ennuie, au fond ? Et si tu m’oublies, Juan, hein ? Il y a tellement de choses, de gens, à voir, à rencontrer, en dehors du Collège, pourquoi se raccrocher à moi quand il y a plus intéressant là où tu es ? »
Plongée dans ses pensées néfastes, elle n’avait pas entendu le silence de la concierge. Soudain, un morceau de nourriture fut déposé dans sa main. Ça avait l’air légèrement croustillant. Elle inspira. Une odeur inconnue, sucrée.
– Qu’est-ce que c’est ?
 -Goûte, ça te fera du bien.
Hésitante, elle prit un petit bout. Une explosion de saveurs nouvelles. Doux, mais aussi légèrement amère. Un peu comme ses souvenirs de Juan.
Une autre bouchée, merveilleux.
Un sourire naquit sur son joli visage.
-C’est un cookie. Avec du chocolat. J’en avais pas beaucoup, et c’est la première fois qu’on en a au Collège, mais je me suis dit que ça remonterait le moral morose des élèves, avec ce jour si pluvieux…
Un infime merci. Camélénia regarda avec tendresse la fillette à la robe bleu pâle. Elle avait l’air tellement triste. Perdue. En manque d’affection. La jeune femme avait eu une envie puissante de la prendre dans ses bras, lui murmurer que ça allait aller, que tout irait bien… Mais maintenant, elle paraissait sortie de ces pensées noires, et heureuse du maigre bout de paradis que représentait le gâteau. Une petite bouchée de bonheur. Vraiment, songea-t-elle soudainement, ce Collège regorgeait d’enfant hurlant silencieusement à l’aide. Certains paraissaient si brusques ou renfermés. Mais elle allait essayer de changer tout cela. De remettre un peu de joie.
Elle voulait un jour entendre des éclats de rire authentiques résonner à travers le réfectoire, les couloirs du Collège…
Elle redonna un cookie à Myolis et lui demanda gentiment : « Tu veux en parler ? » Elle secoua sa tête non.
Mais elle resta là, tranquillement perchée sur son comptoir, balançant ses jambes à l’infini.
Comme si elle prenait plaisir à rester là, dans les effluves délicieux du chocolat, l’atmosphère chaleureuse de la cuisine, et la compagnie animée de la dame aux cheveux verts.

Ce qui m’a inspirée : La chanson: Nos absents, de Grand Corps Malade; l’épisode 27 (Arc 1) de PtiteLu: Voici mon histoire; et les cookies bien sûr ^^

Mes auteurs favoris : Pierre Bottero, Thimothée de Fombelle, Mathias Enard, Arthur Rimbaud…

Ce texte fait partie des trois textes proposés pour devenir la suite officielle du feuilleton. A vous de voter !

 

5 réflexions au sujet de « Goût d’un triste bonheur »

  1. J’ai beaucoup aimé ton texte ! On a une référence à un texte de l’Arc 1 avec le soir de l’orage, et ça me plaît bien. Les pensées de Myolis sont bien décrites, et j’aime beaucoup l’idée des lettres (ça peut peut-être donner des idées pour l’atelier Correspondances). Mais ce que je préfère dans ton texte, c’est le personnage de Camélénia : tu as su donner de la profondeur à ce nouveau personnage, et je l’imagine totalement comme ça ! En bref, ton texte est crédible, doux, ton écriture est belle et maîtrisée, donc un grand bravo ! Et je suis super contente de te voir de retour dans le CLV, j’espère te relire pour les prochains épisodes ! 🙂

    J'aime

  2. Un beau texte très réaliste (surtout dans la relation avec les personnages)
    Je ne reconnais seulement pas très bien Myolis qui est censé être débrouillarde et habituée au collège depuis de longues années donc je ne comprends pas bien sa peur mais ce n’est que mon point de vue sur un détail de la narration.

    J'aime

  3. Un très joli texte, ça fait plaisir de te retrouver, Ewilan ! 🙂
    Tu t’attardes peut-être un poil trop longtemps sur Juan et la tristesse de Myolis, mais c’est réaliste, et puis on finit sur une note plus joyeuse, donc finalement ce n’est pas bien grave. J’en ressors avec le sourire aux lèvres (et une envie de cookies).

    J'aime

  4. Super texte ! Personnellement, l’évocation de Juan ne m’a pas dérangée, après tout on n’est qu’au début de l’arc 2, il faut bien une petite période de transition, et puis la scène est très touchante donc… J’aime bien le personnage de la concierge (qu’on ne voit pas souvent), elle est vraiment toute gentille, et c’est bien d’avoir des personnages adultes autres que les profs, je trouve. Et puis aussi, j’adore ton écriture, c’est très doux, poétique. Bravo pour ce texte !
    (je suis en train de relire les textes candidats à l’Intégrale, et je me rends compte que ça va pas être facile de choisir…)

    J'aime

  5. Coucou !
    Ton texte est sympa et permet d’introduire la concierge (qui cuisine) et de commencer à tisser une relation avec Myolis. Je fais partie de celles qui regrettent un peu la présence de Juan assez importante dans ton texte, même si je la reconnais réaliste (c’était le seul repère de Myolis et il est parti).
    J’aime bien Camélénia, la concierge/cuisinière et son attachement aux élèves (même si je pense qu’elle exagère un peu : il doit bien y avoir des rires authentiques quand même, le collège n’est pas la maison des adolescents désespérés).
    Mais en tout cas, bravo 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s