14h35 : Opération Champignons

Par Oscar-kun
Défi du jury

«  Observez bien cette fleur ici ! » s’exclama Mlle Péthinia. « Il s’agit d’une des rares plantes à fleur zygomorphe ayant survécu aux catastrophes. Je vous rappelle qu’il vous faut récolter au minimum 3 espèces pré-catastrophe… »

Elie soupira. Il détestait les plantes, alors réaliser un herbier… Il s’éloigna de Mlle Péthina, il ne préférait plus l’entendre. Son cours l’ennuyait déjà. Il s’enfonça dans la forêt voisine. Il regarda le ciel et les nuages encadrés par les cimes des arbres. Les nuages, en petits moutons, rosissaient sur les bords. Il n’y en avait pas beaucoup mais suffisamment pour qu’Elie s’amusa à leur trouver des formes.

Il aurait pu s’endormir dans le calme de la forêt s’il n’avait été réveillé par une branche cassée. Il sursauta, se retourna, effrayé à l’idée de s’être fait surprendre. Il ne finit pas son mouvement, étonné. Il manqua même de tomber. Il avait vu une jeune fille de la classe. Il ne l’avait jamais remarqué jusqu’alors. Il ne connaissait même pas son nom. Il la regarda intensément, la découvrant complètement.

Elle avait une robe blanche et des chaussures rouges. Sa marche gracieuse ne troublait que peu le silence de la forêt. Dans ses yeux d’azur, Elie vit l’océan. Sur sa tête poussait un champs de blé doré. Une odeur de rose pressait les narines. Son nez fin dépassait sa petite bouche rose. Son menton légèrement avancé arrondissait les quelques angles de son visage. Un haut front élevait son esprit.

La fille s’éloigna et disparu entre les arbres. Elie se leva et se lança à sa poursuite. Sans savoir pourquoi, il voulait lui parler. Il s’arrêta quand il vit qu’elle avait rejoint ses amies. Il décida de retrouver Mlle Péthina afin de suivre la jeune fille.

Elie fit avec attention son herbier tout en s’efforçant d’être toujours au plus près de la jeune fille. Il la dévorait des yeux, n’osant lui adresser la parole. « Il est 14h35 ! hurla Mlle Péthina. Il vous reste vingt minutes. » La jeunes filles et ses amies s’affolèrent sans qu’Elie ne sache pourquoi. Elles se séparèrent et la jeune fille vint vers lui. Quand elle le vit, elle lui demanda : « Tu as trouvé des champignons pré-catastrophe ? »

Elie ne put répondre. Il voulut ouvrir la bouche, elle se ferma. Ses bras se mirent à battre les airs comme s’il voulait s’envoler. Ses yeux clignèrent à tout va. On eut dit un poisson hors de l’eau. Il papillonna ainsi pendant quelques secondes. Puis reprenant ses esprits, il dit : « Oui… Non… Euh… Enfin si… » Il bafouillait. Alors il bloqua sa respiration, se concentra : « J’en ai vu près de la rivière vers l’arbre creux » A bout de souffle, il prit une grande et bruyante respiration.

La jeune fille sourit : « Tu es rigolo ! Je ne vois pas bien où c’est… Tu me montres ? Au fait, comment t’appelles-tu ?

– E…Elie. bafouilla-t’il.

– Moi c’est Alicia »

Ils partirent ensemble. Le coeur dans la poitrine d’Elie battait tambour. Ses joues se teintaient de rouge, ses mains étaient moites. Il suait.

Ils arrivèrent près de la rivière. Alors ouvrant leurs herbiers, ils commencèrent leurs prélèvements. Elie ne manquait jamais d’aider Alicia dès lors que la tâche devenait un peu plus ardue. Il ramassait les champignons qu’elle ne pouvait atteindre précédant le moindre de ses désirs.

Les vingt minutes furent bien courtes pour Elie et Mlle Péthina les rappelait déjà. Dans la cohue, ils se perdirent de vue. Elie fut donc obligé de se concentrer sur Mlle Péthina et son cours ce qui était beaucoup moins agréable. Il avait déjà commencé à oublier. Il eut une bonne note à son herbier. Les cours reprirent, d’autres préoccupation vinrent.

Dans un couloir, à la fin de la journée, ils se retrouvèrent. Alors, elle dit, du bout des lèvres, les joues roses et le regard pétillant : « Tu sais, Elie, je t’aime bien aussi ! » Puis, après un long silence, « On se retrouve à la rivière ? »

Publicités

4 réflexions au sujet de « 14h35 : Opération Champignons »

  1. Alors alors… J’aime bien le début du texte, Elie qui râle contre le devoir qu’on lui impose. L’idée de la rencontre est bien aussi, mais je la trouve mal exploitée…
    L’arrivée d’Alicia ressemble un peu à une apparition « magique », c’est assez brusque et on se demande d’où elle sort (c’est peut être fait exprès) et la description que tu en fais ne permet pas vraiment d’apprécier le personnage puisque qu’elle semble un peu trop parfaite, presque irréelle. Pour moi il aurait fallu un autre élément, pas si « lisse » pour lui donner un peu de profondeur.
    Et essaie de trouver des comparaisons plus originales pour tes descriptions physiques, ça les rendra plus pertinentes : parce que les « cheveux d’azur » et « la chevelure de blé », c’est vu et revu ! 🙂

    J'aime

  2. Hello ! J’ai quelques petites questions pour commencer : comment sait-il qu’il s’agit d’une fille de sa classe s’il ne l’a jamais remarquée auparavant ? Ça pourrait très bien être une fille lambda qui se promène dans le coin par hasard, non ? ^^ De plus, comment a-t-il fait pour ne pas la remarquer plus tôt si elle lui fait cette impression-là ? Et aussi, pourquoi Alicia s’est-elle séparée de ses amies ? On a l’impression que c’est uniquement pour accompagner Elie, pour les besoins du scénario… Pense à bien travailler la cohérence de tes textes ! 🙂

    Ah, une autre question de curiosité : dans « je t’aime bien aussi », doit-on comprendre qu’Elie lui avait avoué qu’il l’aimait bien, ou qu’elle l’a deviné à son attitude, ou encore qu’elle possède un Talent qui le lui a révélé ? (c’est le « aussi » qui m’intrigue)

    A part ça, je regrette que ce soit un peu un cliché de première rencontre, dès que le personnage d’Alicia (au passage, elle ressemble plus à une nymphe ou à un idéal de vierge parfaite qu’à une humaine, haha) est campé on devine la suite… Pour éviter ça, je te conseille d’éviter les portraits « blocs » qui occupent un paragraphe entier : dissémine les détails au fur et à mesure du texte, de plus en plus précis à mesure que les personnages se rapprochent physiquement, ce sera aussi plus naturel !

    Voilà, malgré tout la scène reste touchante, continue à écrire ! 🙂

    J'aime

  3. Je préfère ton écriture dans ce texte que dans « Le charme du crocodile », même si je pense que tu peux encore l’améliorer en la rendant plus fluide et en évitant quelques maladresses (et deux ou trois fautes). Tes phrases sont toutes assez courtes, ce qui donne un rythme un peu trop saccadé. Surtout que dans les deuxième et troisième paragraphes, tes phrases commencent quasiment toutes par le pronom « il », qui est employé une quinzaine de fois en quelques lignes ; c’est trop. Tu peux peut-être réunir deux phrases en une seule, pour éviter les répétitions et varier le rythme. Sinon, je trouve que la rencontre entre Elie et Alicia renvoie trop à des clichés, tout comme la description de l’adolescente (robe blanche, marche gracieuse, cheveux dorés, odeur de rose, nez fin, petite bouche rose, etc)… c’est dommage. Mais ton texte reste très sympa et j’ai hâte de te relire ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s