Sans nouvelles de l’espace ?

Par Aile d’Ange (Aile 1)
 
Saudável entra dans le poste d’immersion et enfila le casque. Elle fixa la petite diode verte qui clignotait, espérant que la connexion tienne jusqu’à ce que ses recherches soient terminées.
Dès la fin de la balade en forêt – une belle blague, tout de même, leur chasse aux champignons comme compétition inter-collèges, elle avait faussé compagnie à Elie pour se renseigner sur Mars. Elle se sentait mal que, pour une fois que son ami se confiait à elle, elle n’ait pas la moindre idée de ce dont il parlait. Elle avait évidemment suivi les cours d’Astrophysique mais, à part un nombre affolant de termes barbares, elle n’avait pas appris grand-chose. De toute façon, à Rio, elle ne voyait pas le ciel. L’espace faisait plus appel au fantasme et au rêve qu’à une réalité, une possibilité alors elle ne s’y était pas plus intéressé que ça. Elle s’était sentit totalement démunie quand elle avait appris que des gens étaient partis sur Mars. Elle avait caché sa surprise et son ignorance sous quelques paroles vagues et une attention accrue pour le tapis de feuilles orangées. Elie n’en avait pas reparlé mais il avait gardé son air inquiet pendant tout le temps de la randonnée à but compétitif.
Alors elle se trouvait là pendant que tous les élèves vaquaient à diverses occupations, dans cette grande salle à peine éclairée, à attendre une connexion facétieuse. Elle ne comprenait pas que les élèves ne profitaient pas plus d’avoir une connexion qui marchait, certes de temps en temps, mais qui marchait. S’ils savaient combien ils étaient chanceux ! À Rio, les postes en état de fonctionnement se comptaient sur les doigts de deux mains – sur l’ensemble de la ville, il va sans dire.
La connexion s’établit enfin. Sans attendre, elle s’embarqua dans ses recherches. A la proue d’un vaisseau numérique – oui, les histoires de pirates avaient bercé ses nuits et l’Exinternet lui apparaissait comme une grande mer qu’elle devait sillonner, elle visionna une vidéos de lancement de fusées datant de 2037, un article de journal – Moon Village, lancement de la construction ! – sur les projets d’habitats lunaires pré-Catastrophes, survola des rapports d’expéditions scientifiques… elle se laissa porter par le flot, saisissant au passage des informations qui lui paraissaient intéressantes.
Le navire finit par trouver un courant plus récent, parlant de la reprise des campagnes spatiales après les Grandes Catastrophes. Elle apprit ainsi la tenue de deux expéditions vers Mars pour déposer des panneaux solaires. Une bouche souriante lui annonçait, mois par mois, que tout se passait bien. Des clichés apparaissaient furtivement, montrant l’avancée des travaux.
Le temps se chargea de nuages noirs et la mer s’agita. La bouche tressautait et se pixelisait. Les clichés ralentissaient. La voix se faisait désincarnée. Les images s’estompèrent. Ne resta que la voix :
– Février 2057… crech … ralentissement des travaux … shrshr… peur d’une tempête… Mars 2057, tempête confirmée… crech… shrshr… connexion interrompue… sans nouvelle… Avril 2057… crecresh… pas de nouvelles… tempête retombée… connexion impossible…shrshr… inquiétant… sans réponse…
Puis, ce fut le silence. Tout devint sombre, son bateau disparut, l’océan aussi. Elle flottait dans du noir. Petit à petit, des points lumineux commencèrent à apparaître timidement. Une forme sphérique se dessina lentement devant elle. Une lueur s’éleva et elle reconnut la planète rouge qui se tenait devant elle, à mi-hauteur, de la taille d’un ballon de foot. Elle fut brusquement attirée vers le globe et sa vue s’adapta – merci Exinternet – pour qu’elle puisse voir à la surface. Des milliers de panneaux solaires étaient posés sur le sol et un rover stationné à côté d’eux, au bout d’une trace de pneus. En se reculant, elle s’aperçut que les traces formaient un mot.
Help.
Publicités

4 réflexions au sujet de « Sans nouvelles de l’espace ? »

  1. La petite moustache : Merci ! Oui, en effet, c’est Exinternet qui lui montre tout seul. En fait, je vois Exinternet comme une sorte d’Intelligence Artificielle géante avec une tonne de données (toutes les données numériques présentes sur un poste connecté, en fait). Du coup, iel controle un peu tout (C’est un peu les courants et la météo qui entrainent le bateau, les recherches n’étant que les coups de gouvernail du capitaine (= l’utilisateur)) et à la fin, iel impose une vision (du coup, l’univers marin propre à Saudável disparait), une image qu’iel a tiré des serveurs informatiques scientifiques sécurisés 🙂 En tout cas, merci pour ton commentaire 🙂

    J'aime

  2. J’aime beaucoup ton texte, tout ce qu’il ouvre sur Exinternet et son utilisation, c’était vraiment prenant ! Le fait qu’il se déroule directement après le texte de Mià et que tu y fasses référence m’a beaucoup plu. La métaphore du navire et du voyage sur l’océan pour la navigation sur Exinternet est très réussie, encore une fois on a l’impression qu’il est presque vivant !
    Comme l’a fait remarquer Didou, il est vraiment fluide à lire, et la fin est aussi très intéressante (je ne comprend juste pas trop comment elle est passée de l’enregistrement du type qui parlait de la mission, à l’image de Mars avec l’appel à l’aide… Ou alors elle n’a pas besoin de faire de recherches et c’est Exinternet qui lui montre ce qu’elle doit voir… C’est sûrement ça, allez j’arrête de me torturer l’esprit toute seule x) )

    J'aime

  3. Merci Didou ! Ça fait plaisir de savoir que mon texte t’a plu 🙂 Moi aussi, je suis d’accord avec Saudável,Exinternet est totalement sous-exploité (par les élèves et les auteurs) ! Je me disais que d’ici 2040, on aura bien de la VR (vu comme c’est parti) et puis, en recoupant avec le texte de Chaussetto sur Exinternet et sa personnification en Exi, la façon dont la sauvegarde de Winog interagit avec, je me suis laissée embarquer par mon délire 🙂
    Pour moi, Exinternet a atteint un niveau de « conscience » un peu comme une IA, qui est donc capable de « hacker » toute seule et de transmettre des informations sensées être confidentielles (ce qu’elle fait avec Saudável : les scientifiques responsables de la mission ont conscience qu’il y a un problème (image envoyé par un satellite tournant autour de Mars) mais ne peuvent pas agir (envoyer des secours ? Minimum 7 mois de trajet et un coup énorme (fusée + carburant) et ils n’arrivent pas à communiquer avec la base martienne) et gardent le silence pour éviter une vague de panique et qu’on leur reproche de « ne rien faire » alors qu’ils cherchent une solution.

    J'aime

  4. Hey,

    Ton texte est incroyablement fluide, il se laisse lire tout seul, c’est génial. Le décalage entre Saudável et les autres élèves est bien mis en avant et j’ai adoré la petite métaphore filée sur l’Exinternet. D’ailleurs, je le voyais pas du tout comme ça, comme une sorte de casque VR, l’Exinternet et du coup je suis d’accord avec Saudável : faut être fou pour pas s’en servir plus souvent ! ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s