Spectres de chair

logo-lune-verte-orange

Sélection Arc 2 – épisode 5

Par Rouge gorge

« Observez bien cette fleur ici ! » s’exclama Mlle Péthinia. « Il s’agit d’une des rares plantes à fleur zygomorphe ayant survécu aux catastrophes. Je vous rappelle qu’il vous faut récolter au minimum 3 espèces pré-catastrophe… »

Élie soupira. Il détestait les plantes, alors réaliser un herbier…

« Monsieur Klein, ça vous concerne aussi. Allez, dépêchez-vous ! »

Crayon à la main, Élie entreprit de dessiner un epidrendum macrocarpum. La fleur était superbe, d’un orange foncé assez doux, semblable à celui d’un coucher de soleil. Mais ce jour-là, rien n’aurait pu le rendre plus indifférent.

« Et moi qui te prenais pour un élève travailleur… »

Élie manqua de lâcher son crayon.

« Saudável ! Qu’est-ce que… Pourquoi tu arrives que maintenant ?

-C’est mon tour d’aller chercher le courrier en ville. »

Élie tenta d’étouffer la pointe de jalousie qui lui perçait le cœur. Forcément, elle était là depuis deux mois, et elle était déjà responsable de courrier…

« Tu veux venir ? Madame, Élie peut m’accompagner ? »

Mlle Péthinia acquiesça, et Élie se retrouva à arpenter le sentier pierreux qui allait vers Zetador.

« Merci… » dit-il doucement.

Il ne savait pas où poser ses yeux. Il ne pouvait pas regarder ses pieds sous peine de perdre l’équilibre, ni Saudável qui marchait derrière lui, et surtout pas ce qui surmontait la crête…

« Ça va pas ? s’enquit Saudável.

-Oh, euh… non, ça va. C’est juste…

-Oui ?

-Ben… Tu sais, il y a eu cet… accident à l’Observatoire, et ma mère y travaille… y travaillait, t’inquiète pas, elle va bien, on lui a même proposé un nouveau poste en Australie, mais à cause des Brouillards, j’avais aucun moyen de le savoir, tu vois ? Et quand on a pu sortir du Collège, hier, je suis allé direct à l’Observatoire. Ça faisait quatre mois que je l’avais pas vue, et elle… »

Un sanglot lui échappa sans qu’il ne puisse le retenir.

« Elle était… déjà partie. »

Élie sentait sa rage et sa honte grandir à chaque larme qui dévalait son visage d’enfant. Quand il osa enfin regarder Saudável, il découvrit avec étonnement un peu de joie sur son visage osseux. Élie baissa les yeux et vit qu’il avait instinctivement glissé sa main dans la sienne.

« Mon neveu faisait souvent ça aussi », dit-elle.

Élie se dégagea brusquement sans que Saudável ne cessât de sourire.

« Ah, les mecs…

-Ton neveu ? demanda-t-il.

-Tu sais que j’aime pas en parler… Oh, puis merde, si ça peut te distraire un peu. Oui, j’ai plein de demi-sœurs plus vieilles que moi, et il y en a une qui a un fils. Mon neveu, quoi.

-Et tu t’entends bien avec elles ?

-Ouais, à peu près. Carla me donne des nouvelles de temps en temps. »

Élie ne put s’empêcher de rire. Tout lui paraissait plus savoureux, les sommets noirs qui découpaient le ciel gris, la lumière argentée du matin, les orchidées qui enflammaient le chemin, et surtout cette gentillesse, cette douceur de Saudável qui défiait l’entendement…

« Tiens, fit Saudável, on est arrivés. Attends, je prends tout, y a pas grand chose.

-Alors, tu as reçu quelque chose ?

-Ouais. Ça te dérange pas si je l’ouvre maintenant ?

-Vas-y, je t’en prie. »

Saudável déchiqueta l’enveloppe recyclée et se figea complètement. Élie n’avait jamais vu cette expression sur son visage, si impassible et tendu à la fois, ses yeux bruns soudain devenus gigantesques.

« Quoi ?

-Je… Mon père est mort. »

Élie sentit comme un choc à la poitrine. C’était impossible, pas après ce qu’elle avait traversé, c’était trop injuste…

« Je ne le connaissais pas vraiment, en fait, continua-t-elle d’une voix blanche, j’ai été élevée par mon beau-père, mais… il faut que je retourne à Rio… »

Mes auteurs préférés : Dan Simmons, Stéphane Beauverger, J.R.R. Tolkien, Dmitry Glukhovsky, Jean-Philippe Jaworsky, John Lang, Ray Bradbury, Christelle Dabos, Philippe K. Dick…

Les artistes qui m’inspirent : pour cet épisode, surtout Linkin Park et Les Zeppelin.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Spectres de chair »

  1. J’aime beaucoup ! Je trouve le début du texte assez rapide, d’un coup Elie est dispensé du cours et s’en va avec Saudável… Mais sinon j’aime beaucoup l’idée d’un responsable du courrier, et les échanges entre les deux personnages sont très intéressants et très prometteurs pour la suite !

    J'aime

  2. Rouge-gorge ! Je te soupçonne de ne pas avoir assez travaillé ton texte ^^ Quelques remarques en vrac :

    « La fleur était superbe, d’un orange foncé assez doux, semblable à celui d’un coucher de soleil. Mais ce jour-là, rien n’aurait pu le rendre plus indifférent » : ça me gêne un peu que tu fasses l’éloge de la fleur si Élie y est indifférent, j’ai l’impression que c’est une excuse pour s’abandonner au lyrisme… Tu pouvais te passer de « semblable à celui d’un coucher de soleil » sans perdre en contraste, et en évitant la comparaison avec le soleil couchant, assez classique pour qu’on s’en lasse désormais 😉

    Ensuite il y a une incohérence qui m’a un peu gênée : Mme Péthinia qui rappelle Elie à l’ordre, et deux secondes plus tard le laisse s’en aller vagabonder avec Saudavel… Et aussi, prendre la main de quelqu’un sans s’en rendre compte, quand on est petit-e passe encore, mais à dix ans passés, j’ai du mal à y croire… Je ne vois pas bien non plus pourquoi il se met à rire.

    J’aime beaucoup l’idée de responsable du courrier, j’aurais aimé avoir plus de précisions sur le lieu où il est récupéré (une boîte aux lettres ? autre chose ?).

    J’ai un peu de mal à croire à la fin, peut-être que deux mauvaises nouvelles, c’est trop pour un seul texte ?

    Sinon, ton titre est génial, tu aurais pu l’exploiter davantage 🙂

    Voilà voilà, désolée, c’est un peu décousu… J’espère ne pas te blesser avec mes commentaires, ce n’est absolument pas le but et je me permets d’être franche uniquement parce que je sais que tu es capable de beaucoup mieux ! Au plaisir de te lire 🙂

    J'aime

  3. Waouw, j’adore… c’est bien écrit et puis… c’est croustillant ! Les émotions d’Elie, toutes les informations qu’on reçoit et qui nous tiennent en haleine, les dialogues fantastique et incroyablement réalistes, le comportement de Saudavel (elle est exactement comme je le pense :o)… et puis la fin !
    Bref (très bref, ce commentaire…) j’aime, quoi… ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s