Ce qu’il faut pour être astronaute

Sélection Arc 2 – épisode 6

Par Didou

—      Vérifie l’écran. Tout de suite !

Des bruits assourdissants. Des alarmes qui résonnent. De la tôle froissée. L’impression, tenace, de n’être qu’un marin qui voit son navire sombrer dans la tempête.

—      Les parachutes ? Qu’en est-il des parachutes ?Fébrile, l’homme pianote sur son clavier, inspecte ses capteurs puis ferme les yeux.

—      C’est inutile. Ils sont emmêlés.

Jamais, sa voix n’a été aussi grave, son ton aussi sérieux. A ses côtés, son camarade n’est pas dans un meilleur état.

—      Le module est hors de contrôle. Bordel, on est fichus !

—      Gardez votre calme tous les deux.

Cette fois, c’est au tour du capitaine de prendre la parole. Ses deux subordonnés le regardent et comprennent que d’eux tous, il est celui que la situation affecte le plus. Comment expliquer sinon qu’il parvienne à sourire ? Comment expliquer la sérénité qui se lit sur son visage ?

—      Thomas, estime la distance qui nous sépare encore de Mars. Quant à toi, Charly, ouvre le rapport de mission. Envoie autant de détails que possible.

Un instant, le temps se fige. Charly et Thomas hésitent, s’interrogent sur la démarche à suivre. Puis les souvenirs de leur formation reviennent à leur mémoire et leurs pensées se clarifient. Ils ne sont pas de simples hommes. Ce sont des astronautes. Et en tant que tel, leur devoir est simple.

—      Une minute avant l’impact, répond finalement Thomas.

—      N’oubliez pas que les données de l’accident seront très utiles à nos successeurs. En nous sacrifiant aujourd’hui, qui sait combien de vies seront sauvées.

Charly, enfoncé dans son siège, étouffe un sanglot tandis que des larmes perlent sur le visage de Thomas.

—      Capitaine…il y avait…il y avait encore tellement de choses que je souhaitais faire.

—      Je n’ai jamais connu l’amour et je n’ai jamais…

La capitaine sourit une nouvelle fois, pose une main sur leurs épaules et sort un petit papier de sa poche. Un papier qui ne l’a plus quitté depuis des mois. Un papier qui représente toute sa vie.

—      C’est mon petit garçon dit-il en présentant la photographie aux deux astronautes. Celui dont je n’ai cessé de vous parler. Je… il aura quatre ans le mois prochain mais c’est déjà un sacré bonhomme. Comme son papa il a les épaules solides. Alors… alors je veux que vous fermiez les yeux et que vous lui confiez votre avenir. Vos rêves, vos espoirs. Vos peurs et regrets. Léguez-lui tout. Et laissez-le prendre notre relève.

—      Capitaine…

Mais les mots sont désormais inutiles. Le silence au milieu de la tempête. Coincés dans le module, les deux astronautes suivent les conseils de leur capitaine tandis que ce dernier pose une dernière fois les yeux sur son fils. Puis une grande explosion survint et l’écran se brouille.

La lumière se rallume alors, laissant une dizaine de personnes sans voix.

—      Devenir astronaute n’est pas une chose que le commun des mortels peut accomplir. Ces hommes, ceux qui les précédèrent et ceux qui suivirent étaient tous des êtres exceptionnels. Des êtres prêts au plus grand sacrifice au nom d’un idéal. Alors avant d’aller plus loin, je vais vous poser la question une dernière fois. Avez-vous ce qu’il faut pour devenir astronaute ?

L’instructeur dévisage les candidats un par un, évaluant leur motivation avant de fixer son regard sur l’homme au premier rang.

—      Jeune homme ? Votre réponse ?

Le visage grave, l’aspirant repense à ce qu’il vient de voir. Aux épreuves qu’il a surmontées jusqu’ici. A ses amis. A ce cousin, si jeune, qu’il abandonnerait sur cette planète. Ne risquait-il pas de lui en vouloir ? De ne pas comprendre ? C’est alors que les mots du capitaine lui revinrent. Faire confiance aux générations futures. Ce qu’il faisait, c’était aussi pour eux, pour lui. Lentement, il relève la tête et fixe son interlocuteur droit dans les yeux.

—       Oui.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ce qu’il faut pour être astronaute »

  1. J’aime beaucoup ton texte. Il se lit facilement. Tu transmets bien les émotions, cette tristesse (qui remplace l’angoisse du début) quand on comprend que l’impact est inévitable… Et cette détermination à la fin !
    Bravo !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s