Luis ou le pourrissement d’une étoile

Intégrale Arc 2 – épisode 6

Par Aqua

Des profondeurs du ciel tombait une nuit sombre et froide. La lune, très pâle, semblait presque éteinte face à l’astre qui se trouvait à sa droite, et dont la chaude lueur orangée ne pouvait passer inaperçue. Mars se rapprochait de la Terre… Et là-bas, dans le lointain, une fusée s’apprêtait à décoller. Le tout était de savoir si Luis était dedans ou non.

— Hé ! Élie ! Tu as lu l’Après-Temps ?

Saudável avait fait irruption dans la chambre sans prendre la peine de toquer.

Parmi les travailleurs partis sur Mars il y a quatre ans, 97 ont choisi de rentrer sur Terre et 153 de renouveler leur contrat en tant qu’agents de maintenance…

— Leurs noms n’ont pas encore été communiqués. Ils étaient déjà 250 à rentrer lors de la précédente opposition Terre-Mars, compléta Élie, citant l’article de mémoire.

— Ok, tu l’as lu. Dis, ça ne serait pas la mémorisation, ton super-pouvoir à toi ?

Élie haussa les épaules. Dans sa tête tournoyaient des champs de panneaux solaires rougeoyants – une aberration de plus après les Catastrophes. À rapprocher ainsi l’espace, à l’industrialiser, l’aliéner, il lui semblait qu’on le clôturait, lui ôtait de son mystère. Du pourrissement d’étoile. La Terre était un joyau calciné, Mars un squelette en devenir.

— Alors ? Tu en penses quoi, de cet article ?

Élie cligna des yeux, il n’avait pas remarqué la présence de Léo. Probablement entré en même temps que Saudável.

— Alors rien. L’aménagement des panneaux est terminé, mais ils ont besoin d’entretien. Ils ne rentreront pas tous. Et j’ignore si Luis a décidé de renouveler son contrat… C’est ce qu’il avait fait il y a deux ans. Il ne s’est jamais bien entendu avec son père, alors… Vous comprenez. Même après plusieurs années, une façon de rompre.

Saudável arbora un sourire grimaçant. Elle comprenait parfaitement.

— Mais quand on pense au salaire qu’il gagne… C’est fou que ce soit si peu, avec les risques qu’ils encourent ! Tu imagines, il suffit d’un problème d’équipement… Une bouteille percée…

— C’est ultra-sécurisé, non ? intervint Léo. Et ils disent que les salaires ne peuvent pas augmenter tant que le processus n’est pas tout à fait en place… qu’il faut attendre que ce soit rentable…

Saudável balaya l’argument d’un geste.

— Tss, de la chiotte, si tu veux mon avis ! Le projet était en grande partie financé par l’État ! Aglaé, c’est un énorme budget, et tous ceux qui ont pris peur lors des Cata’ ont mis leurs actions là-dedans… L’espace, c’est l’un des derniers bastions du business à l’ancienne. Le capitalisme, tout ça. Tout ce que rabâchent nos parents, quoi…

— Ouais, on sait… ça ne me dit toujours pas quand Luis rentrera.

— Attends la prochaine fusée. Elle arrivera dans moins d’un mois, non ?

— Si. Mais la dernière fois, la liste des passagers avait été communiquée bien avant son départ… Et là, toujours rien. On pourrait au moins prévenir les familles !

— De quoi tu as peur, exactement ?

Élie se tourna vers Léo. Cette fois, il répondit plus lentement, avec un brin d’hésitation.

— Qu’ils y ait eu des morts là-bas et qu’ils essaient de gagner du temps. Imaginez : si ça se sait, la presse, les avocats, tout le monde sera prêt à leur tomber dessus dès l’arrivée. Tandis que c’est si simple de faire croire que certains ont choisi de rester là-bas… Vous comprenez ?

Saudável fit la moue. Léo hochait doucement la tête, sans savoir que dire.

— Et si tu nous parlais de ton cousin, plutôt, puisqu’on ne saura rien de plus avant le mois prochain ? proposa Saudável. Tu ne nous as jamais dit pourquoi tu étais aussi attaché à lui…

Élie sourit.

— Luis est un génie.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Luis ou le pourrissement d’une étoile »

  1. Coucou !
    Alors, pas grand chose à dire, ton texte est bien écrit, réaliste, sympa, les dialogues sonnent juste.
    Elie aurait une mémoire eidétique (oui, je suis super contente de connaître ce terme) ? Je l’avais associée à Juan du coup, ça me fait bizarre … Comme ça continue de me faire bizarre de voir Léo si proche d’Elie et Saudável (il a 12 ans, eux 15… et Léo est plutôt timide, j’ai du mal à les voir évoluer dans les mêmes cercles d’amis).
    Voilà, deux petites remarques sans importance 🙂
    Bravo pour ton intégralisation !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s